.

Antoine Bourdelle, un des plus grands sculpteurs du XX° siècle

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Imprimer

Antoine Bourdelle, un des plus grands sculpteurs du XX° siècle

 

            Antoine Bourdelle, né Emile Antoine Bordelles, est un peintre, dessinateur, et sculpteur français né en 1861 et décédé en 1929.

            Très tôt, il découvre sa passion pour le dessin. A treize ans, il arrête l’école afin de travailler dans l’atelier de son père, un menuisier-ébéniste, dans lequel il prend goût à la sculpture. De plus, il suit le soir des cours de dessin et de modelage. Ces formations lui permettent de réaliser d’impressionnantes sculptures en bois, malgré son jeune âge. En 1876, il obtient une bourse pour étudier à l’Académie des beaux-arts de Toulouse. Ensuite, en 1884, il intègre l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts de Paris. De plus, le peintre et sculpteur Alexandre Falguière le forme dans son atelier. Il intègre également la bande à Schnegg, un groupe d’importants sculpteurs comme François Pompon ou Lucien Schnegg. En outre, il participe à sa première exposition au Salon des artistes français. Acclamé pour son œuvre Première victoire d’Hannibal, il quitte l’Ecole des beaux-arts en 1885 et s’installe dans son atelier, où il y restera jusqu’à sa mort. Peinant à vivre de son art, Bourdelle travaille pour Théo Van Gogh et pour un bureau de vendeurs d’arts parisiens. Durant cette période, ses œuvres sont plus symboliques et mélancoliques. L’année suivante, il quitte l’atelier de Falguière. En 1893, il devient exécutant à l’atelier d’Auguste Rodin, avec qui il se lie d’amitié. De plus, il expose pour la première fois à l’étranger, aux Etats-Unis.

            Bien que ses sculptures soient plus célèbres, il dessine beaucoup. En effet, il affirme constamment dessiner et prépare chaque sculpture avec de nombreux dessins. De fait, il réalisera 6000 dessins dans sa vie. Il énonce même que « La sculpture finalement ce n'est pas autre chose que du dessin dans tous les sens. ». De plus, il réalise quelques peintures à l’huile et au pastel, mais elles attirent peu l’attention des critiques d’art. 

            L’année 1900 est décisive pour Bourdelle. En effet, il se fait véritablement reconnaître : il participe à l’Exposition universelle et décore le théâtre du musée Grévin. De plus, il se détache de l’influence de Rodin et découvre son propre style en réalisant La Tête d’Apollon. De style de la Grèce archaïque, la statue représente Apollon au visage sévère, craquelé, et aux surfaces saillantes. La même année, en fondant avec Auguste Rodin et Jules Desbois une école d’enseignement libre de sculpture, Bourdelle découvre son goût pour le professorat. En 1903, il prend Cléopâtre Sévastos comme élève dans son atelier. En 1905, il sculpte la première version de Pénélope, un personnage de la mythologie grecque. Pour sa réalisation, il s’inspire de la silhouette de son élève et du visage de sa femme. La statue est volontairement ambigüe en raison de ses nombreuses disputes avec cette dernière. A partir de cette année, Cléopâtre Sévastos devient le modèle récurrent de ses œuvres. Il expose également une quinzaine d’œuvres au Salon d’automne. De plus, il participe à sa première exposition individuelle à la galerie Hébrard. Il y expose 39 sculptures, 18 peintures, et 21 dessins. En hommage à son père décédé en 1906, le sculpteur change sa signature d’Emile Bourdelle à Emile Antoine Bourdelle.  Pourtant, il se fait appeler dans le milieu artistique Antoine Bourdelle. Ensuite, il les signera simplement Bourdelle. En 1907, il commence à réaliser le Monument à Mickiewicz, qu’il perfectionnera jusqu’à sa mort. En 1909, il enseigne dans un atelier à l’Académie de la Grande Chaumière. Un de ses élèves les plus connus est Henri Matisse. La même année, il termine ses études pour la Tête d’Apollon. De plus, il conçoit sa plus célèbre sculpture : Héraklès Archer. Un an plus tard, en l’exposant au Salon de la société nationale des beaux-arts, il connaît un énorme succès : il est nominé pour être chevalier de la Légion d’honneur et le monde entier reproduit son œuvre. Antoine Bourdelle réalisera différentes versions de ce bronze. Entre 1910 et 1912, il se concentre sur la décoration intérieure et extérieure du théâtre des Champs-Elysées.

            Dans les années 1920, il commence à prendre des praticiens pour l’aider dans son atelier. En 1923, il est co-fondateur du Salon des Tuileries, dans lequel il exposera quelques de ses œuvres. L’année suivante, ses problèmes de santé ralentissent la cadence de son travail, mais ne l’empêchent pas de travailler. En effet, il continue d'exposer régulièrement en France et à l’étranger. Néanmoins, en 1929, sa santé s’aggravant, il doit temporairement s’arrêter de travailler. La ville de Paris place le Monument à Mickiewicz sur la place de l’Alma lorsqu’il s’éteint.

            Antoine Bourdelle reste un des plus grands sculpteurs de sa génération.

b2ap3_thumbnail_Stockholm._Waldemarsudde._Herakles_3.jpg

Bronze original de Héraklès archer

 

Article rédigé par Sophie Couturier

SourcesWikipédia - Bourdelle Paris, biographie

Si vous possédez une oeuvre par Antoine Bourdelle, nos experts sont à votre disposition pour vous communiquer gratuitement une estimation sans aucun engagement de votre part.

 

Demander une estimation gratuite
1000 caractères restants
Ajouter les fichiers

 

 Vente aux enchères

Catalogue et inscription 

Mercredi 14 octobre- 16 h

Adjugé 5.900 euros 

Henry de Waroquier, tableau
Oeuvres vendues
Henri de Waroquier, tableau, vente aux enchères, VENDU Henri de WAROQUIER (1881-1970)  T...