.

Ortega Munoz, une vie passionnante

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Imprimer

Ortega Munoz,  un artiste complet

Ortega Muñoz est né en 1899 à San Vicente de Alcántara, fils d'une personnalité locale exceptionnelle, et à l'âge de six ans, il est orphelin de sa mère. Il obtient son baccalauréat à Salamanque, bien qu'en raison de sa vocation marquée pour la peinture, qu'il pratique en autodidacte depuis son enfance, il rejette la recommandation de son père de poursuivre une carrière universitaire et déménage à Madrid en 1919.

Pendant les mois d'octobre et novembre 1919, Ortega Muñoz envoie à sa famille des cartes postales reproduisant certains des tableaux qu'il avait copiés à l'époque dans l'ancien Musée d'art moderne ou au Musée du Prado, pour convaincre son père de l'authenticité de sa vocation artistique. C'est à cette époque qu'il commence à peindre en plein air autour de la Dehesa de la Villa, accompagné entre autres par le peintre philippin Fernando Amorsolo. Après un séjour dans la capitale madrilène, il décide de s'installer à Paris.

Ortega Muñoz arrive à Paris fin 1920. Outre l'atmosphère artistique de la capitale française, l'un des événements les plus importants de son séjour dans la ville est l'amitié qu'il entretient avec Gil Bel, qui durera jusqu'à la mort du poète. Par l'intermédiaire de Gil Bel, Ortega a participé à un projet collectif (auquel de nombreux jeunes de son temps ont été incorporés), qui a favorisé les retrouvailles avec les habitants du village et la fibre la plus profondément enracinée de l'Espagne profonde, et qui allait assumer un objectif fondamental d'insurrection et de renouvellement de l'art plastique espagnol à la fin de cette décennie. Ortega était arrivé dans la capitale française poussé par son aspiration à une peinture moderne (dont il avait trouvé les références cardinales chez Van Gogh, Gauguin et Cezanne), mais à cause de la crise idéologique et formelle de l'avant-garde qui se vit alors dans le Paris d'après guerre, il décide de partir pour l'Italie du sud, pour retrouver les valeurs plus authentiques du passé : spiritualité, simplicité, pureté.

Ortega arrive à Turin en 1921, d'où il se rend à Milan, au lac de Côme, à San Remo, à Vichy et à Juan les Pins -en France- et peut-être en Espagne. En février 1922, il passe une courte saison à Florence, puis part en tournée en Italie : Naples, Pompéi, Rome, Gênes et Milan. Dans Lago Maggiore, il rencontre le peintre anglais Edgard Rowley Smart, avec qui il passe une courte période d'apprentissage et qu'il représente en reconnaissance de l'influence qu'il a eue dans ses débuts. Son traitement conduit Ortega à la conviction que, face au caractère déraisonnable du monde contemporain, il est nécessaire de retourner à la nature et de rendre à l'art l'authenticité des vérités spirituelles et des émotions simples. Après la saison estivale de 1926, Ortega se rend à Genève et à Lyon, d'où il retourne en Espagne.

Ce retour momentané en Espagne est d'une grande importance dans l'ensemble de ses aventures, puisque c'est alors, en compagnie d'Alberto Sánchez, Benjamín Palencia et Gil Bel, qu'il participe à l'une des excursions fondatrices de l'école Vallecas. Peu après, en mars 1927, il expose pour la première fois ses œuvres au Círculo Mercantil de Saragosse. L'amitié qu'il entretenait avec Bel depuis leur rencontre à Paris a dû jouer un rôle très important dans ces épisodes. C'est son influence et celle de l'école Vallecana qui ont poussé le peintre à "tourner son regard vers la campagne pour rassembler l'âme des gens simples et les terres d'Espagne" ; ainsi qu'à peindre certains des tableaux de types aragonais qu'il a présentés dans cette première exposition à Saragosse, après quoi il a quitté l'Espagne, cette fois encore pour la Suisse.

1927 et 1928 sont des années de pèlerinage. Elle commence à Zurich et se poursuit à Bruxelles, Brême, Hambourg, Hanovre, Francfort et Berlin. La chose la plus intéressante à propos de 1928 est sa visite à Worpswede, où une colonie de peintres et d'artistes s'était installée, dans laquelle des personnalités telles que Fritz Mackensen, Heinrich Vogueler, Paula Becker et Clara Westhoff avaient travaillé. Tous ont montré un intérêt pour les paysages bucoliques et les estampes paysannes en réaction aux artifices sophistiqués et aux raffinements décadents de l'avant-garde. La vie paysanne et l'environnement créé autour de la peinture expressionniste l'influencent considérablement.

Ortega revient en France à la fin de 1928 pour se consacrer à l'obtention de commandes. À cette fin, il s'est rendu à Nice, Monte-Carlo, Vichy, Biarritz et Paris où il a rencontré son ami le surréaliste González Bernal pour voyager aux Pays-Bas.

De 1930 à 1933, Ortega continue à peindre, voyage en Hollande, puis à Gênes, au Lac Majeur, à Venise, à Vienne et à Budapest. C'est la première fois qu'Ortega quitte les routes référentielles de l'art européen et ce, tant pour ses propres préoccupations que sur les conseils de son ami et représentant, l'acteur hongrois Heinrich Domahidy, qui fait lire dans plusieurs journaux de son pays la visite surprise du peintre espagnol.

En 1933, Ortega arrive au Caire, non sans avoir d'abord traversé la Grèce et Constantinople. Ses facultés de portraitiste lui ont alors procuré un mode de vie confortable et des contacts importants. Il expose pour la première fois à Alexandrie et la réception est telle qu'il y expose à nouveau un an plus tard. Dans cette deuxième exposition, il présente quarante œuvres comme une anthologie de sa carrière. Son amour pour la nature, l'équilibre entre la couleur et l'humeur, l'atmosphère de calme et de tristesse qui caractérise sa peinture sont déjà là. Il retourna en Italie et en mars 1935, il décida de retourner en Espagne.

D'Estrémadure, Ortega consacra l'année 1935 à la préparation d'une exposition qui sera connue à Madrid. Enfin, cela a eu lieu dans le Cercle des Beaux-Arts et il a été inauguré le 13 avril 1936, date importante pour être une année fatale dans l'histoire de l'Espagne. Malgré l'instabilité de la situation politique, Ortega fait preuve d'une grande activité qui l'amène à être sélectionné à la fois pour la Biennale de Venise et pour l'Exposition nationale des beaux-arts. Cette dernière s'est tenue tardivement et dans un climat politique chaotique. Ortega n'attend pas l'inauguration, mais décide de quitter à nouveau l'Espagne avant que la guerre n'éclate. Les deux expositions sont un grand succès et les critiques soulignent son "errance cosmopolite", ses "facultés exceptionnelles" et la position "équidistante" qu'il maintient par rapport à la peinture espagnole de son temps.

Après avoir quitté l'Espagne, il attend à Marseille que sa fiancée, Leonor Jorge Ávila, le rencontre. Ils se marient en décembre 1936 et s'installent en Suisse, sans renoncer aux voyages habituels chez lui : Danemark, Norvège, Suède et Finlande. Dans la Galerie Blomqvist (Oslo), avec laquelle des peintres de la stature d'Edward Munch avaient travaillé, il tient une importante exposition montrant les derniers tableaux qu'il avait peints avant de retourner définitivement en Espagne. Au cours de ces années, il acquiert de l'habileté et de la maturité dans sa façon de peindre, mais ce ne sera qu'à son retour à San Vicente que le peintre parviendra à donner un tournant décisif à sa carrière.

Au cours de l'immédiat après-guerre, Ortega Muñoz s'installe à San Vicente de Alcántara. C'est alors qu'Ortega se retrouve enfin avec l'extension silencieuse et solitaire de son paysage et avec la quasi-réalité de ce monde qu'il sent aussi authentiquement sien et qui soutient et concrétise sa peinture.

En 1940, il inaugure sa première exposition après la guerre, qui sera sa deuxième exposition au Círculo de Bellas Artes à Madrid. Ainsi commence une carrière professionnelle qui lui apportera de nombreux triomphes, nationaux et étrangers. Il commence une intense activité d'exposition : il convient de mentionner, par exemple, ses expositions individuelles à la Galerie Fayans Catalá de Barcelone en 1942 et à la Galerie Estilo de Madrid en 1948 et 1949, où il expose un ensemble d'huiles qui représentent le monde rural avec simplicité, des formes simples et les gammes de couleurs terrestres qui vont caractériser son œuvre, tandis que les premières notes de la modernité apparaissent sous certaines influences de l'art italien comme le primitivisme, la métaphysique ou le novecento.

Paysages au centre de la périphérie

Les années 1950 ont commencé pour Ortega en 1951 lorsque l'écrivain Gerardo Diego l'a découvert grâce à Los Membrillos à la Ière Biennale Hispano-américaine, qui s'est tenue à Madrid, ce qui a marqué son accueil complet dans l'environnement artistique espagnol. A tel point que l'année suivante, il décida de s'installer à Madrid jusqu'à sa mort, bien qu'à de nombreuses reprises, il passa de longs séjours à la campagne. En 1953, et curieusement, lors de la dernière exposition anthologique de l'Academia Breve de Crítica de Arte, les "universitaires" décidèrent d'inclure une de ses toiles. Il préparait déjà une grande exposition dans la salle de la Direction Générale des Beaux-Arts du Musée National d'Art Contemporain et des Galeries d'Art Syra à Barcelone, qui fut un succès retentissant.

La IIe Biennale hispano-américaine

Depuis 1954, sa reconnaissance internationale et nationale est indéniable. Considéré comme l'un des rénovateurs du panorama artistique espagnol, ses succès ne font qu'accroître une réelle volonté de représenter la terre d'Estrémadure à travers ses peintures. Parmi ces triomphes, il avait participé en 1953 à la IIe Biennale Hispano-américaine d'Art de La Habana, où il avait reçu le Grand Prix de peinture ; en 1954, il était présent à la XXVIIe Biennale Internacional de Arte de Venecia et l'année suivante, à la IIIe Biennale Hispano-américaine d'Art à Barcelone qui lui consacre une salle d'honneur. Il participe également à l'Exposition espagnole de peinture et de sculpture contemporaines, organisée par le Ministère des affaires étrangères dans les pays arabes, qui se déplace pendant dix mois dans différentes capitales du Proche et du Moyen-Orient : Beyrouth, Damas, Bagdad....

La Rábida, l'Athénée de Madrid et le Musée de Bilbao

En mai 1956, il présente une exposition anthologique au siège de la Escuela de Estudios Hispanoamericanos, organisée par le Club la Rábida de Séville, et à la fin de l'année, la Sala Santa Catalina de l'Ateneo de Madrid expose trente-trois tableaux de 1926 à 1956, résumant sa production artistique. L'avis critique de l'exposition a été très varié, des adjectifs qui le qualifient de défenseur des idéaux de simplification, de purification et de purification, aux opinions d'importants critiques d'art comme Camón Aznar, qui louait les éléments qui déterminaient le silence dans ses œuvres ; Gaya Nuño, qui s'intéressait au théâtre et au cadre générationnel occupé par l'artiste ou Luis Trabazo qui considérait son œuvre dans le concept du moderne. A la fin de l'année, en décembre, il expose au Museo de Bellas Artes del Parque de Bilbao où, bien qu'avec moins de critiques que le précédent, sa peinture est déjà définie comme "authentiquement sienne", annonçant son propre style indépendant.

En avril 1957, la première exposition anthologique a lieu dans la ville de Badajoz, plus précisément dans les salles de la Délégation de la Culture du Conseil provincial ; dix jours après sa fermeture, l'Assemblée de la Mairie de Cáceres consacre une exposition individuelle à l'artiste, dont le catalogue revendique une peinture d'origine Extremadura, directe et simple peinture. Il poursuit son imparable carrière à l'étranger et, par exemple, participe à la IIe Biennale d'art des pays riverains de la Méditerranée, initiée à Alexandrie, et l'année suivante, à la XXIXe Biennale internationale d'art à Venise, où il se voit réserver une salle d'honneur. Les années 1950 se terminent avec son exposition individuelle dans les salles de la Direction générale des Beaux-Arts et sa participation à l'exposition collective de l'Exposition inaugurale du Musée espagnol d'art contemporain à Madrid.

Le début des années 1960 est marqué par une activité d'exposition frénétique. Par exemple, en 1960, il a participé à l'exposition collective au Guggenheim International Award à New York ; en 1962, en 20 ans de peinture espagnole à l'Ateneo de Madrid ; en 1964, à l'exposition collective 25 ans d'art espagnol au Palacio de Cristal del Retiro et inauguré sa deuxième exposition à la Sala Santa Catalina à l'Ateneo ; en 1967 la Galería Biosca à Madrid présente ses derniers travaux. Camón Aznar écrit sur le moment de plénitude de l'artiste, qu'il qualifie de "suprême synthèse : tout aquilé, sérénisé, réduit à un schéma de l'âme". Enfin, en 1968, une salle monographique honorifique lui a été consacrée lors de la dernière Exposition nationale des Beaux-Arts.

1970 est l'année où sa carrière artistique est pleinement consacrée avec son exposition rétrospective au Casón del Buen Retiro de Madrid, suivie des monographies qu'il présente dans les salles gothiques de la Bibliothèque de Catalogne de Barcelone, dans le Pavillon mudéjar de Séville et dans les salles de la Délégation à la Culture de la Diputación de Badajoz. A l'étranger, il participe à l'exposition collective Masterpieces of Fifty Centuries, organisée par le Metropolitan Museum de New York, où il revient exposer à la fin de l'année à la Hastings Gallery de l'Institut espagnol. Des critiques de plusieurs générations se sont alors prononcés dans les termes les plus louables sur sa peinture : Camón Aznar, Llosent y Marañón, Luis Felipe Vivanco, Gaya Nuño, José Mª Moreno Galván, Manuel Sánchez Amargo, Alonso Zamora Vicente, Santos Torroella, Baltasar Porcel, Corredor-Matheos. Sans perdre sa relation avec les référents figuratifs, son travail atteint une conceptualisation extrême de l'ordre abstrait. Il est considéré comme un rénovateur du paysage espagnol et l'un des peintres les plus importants de l'art contemporain espagnol.

Après avoir participé à de nombreuses expositions collectives - Maîtres contemporains du paysage espagnol à la galerie Sur de Santander ; Arte'73 Fundación March ; Sevilla, Museo de Arte Contemporáneo ; El árbol a través de un siglo de pintura español, 1874-1974, Banco de Granada ; Homenaje a D'Ors, Galería Biosca, Madrid - en 1977 et après sept ans sans exposition dans la capitale, Ortega Muñoz réapparait, actuellement au Felipe Sant Ce n'est pas en vain que José María Moreno Galván a consacré un article important à l'exposition, qui résumait toute sa production, intitulée "Ortega Muñoz, el signo del paisaje en España" (Ortega Muñoz, le signe du paysage en Espagne). Parmi les dernières grandes expositions internationales auxquelles il participe, on peut citer celles qui se sont tenues à Mexico en 1978, au Musée d'Art Moderne de Madrid, la même année, et le collectif des Paysagistes espagnols du XXe siècle, à Bogotá. Ses dernières expositions personnelles en Espagne ont eu lieu à Badajoz et Barcelone en 1981. Un an plus tard, il meurt à Madrid.

Merci pour la contribution de  la fondation Ortega Munoz

Si vous possédez un tableau de l'artiste Godofredo Ortega Munoz, nous vous invitons à nous contacter :

Résultat de recherche d'images pour "godofredo ortega muñoz"


Prochaine vente aux enchères

mercredi 16 octobre 15h

 

FRANCIS BACON

 Inscrivez vous sur la plateforme de votre choix 

Demande de ligne téléphonique et ordres d'achat

sur demande 01 40 17 05 05

 

Expertisez Magazine

Jean Fautrier, l'orage, aquatinte
Oeuvres vendues
Jean Fautrier, l'orage, vente aux enchères mercredi 12 décembre Jean FAUTRIER (1898-1964) - L'orag...