frenes

John William Waterhouse

John William Waterhouse

John William Waterhouse

Fils d’un peintre anglais de seconde catégorie installé à Rome, Waterhouse entre en 1870 aux écoles de la Royal Academy et fait plusieurs voyages en Italie jusqu’à la fin des années 1880. Toute sa carrière est scandée par ses participations très régulières aux expositions annuelles de la Royal Academy et de la New Gallery. Membre associé de l’Académie en 1885, il devient académicien en 1895.

Lire la suite

Thomas Couture

Thomas Couture

Thomas Couture

Peintre de style académique né à Senlis en 1815 et décédé à Villiers-le-Bel en 1879, inhumé au cimetière Père Lachaise (division 4). Il reste la personnalité la plus marquante du courant de l’Eclectisme qui se développe en France avec la Monarchie de Juillet (1830-48). Il constitue son style avec des procédés et des formules observés chez les maîtres anciens comme Titien et Van Dyck (empâtements et couleurs lumineuses). * Aujourd’hui connu pour sa célèbre composition  »Les Romains de la décadence » (Musée d’Orsay) et pour avoir été le professeur d’Édouard Manet qui fréquentera son atelier pendant six ans et demi, ce qui ne lasse pas d’étonner si l’on sait les conflits incessants entre Manet et Couture et si l’on se rappelle que dès ses premiers jours à l’atelier, Manet disait :  »Je ne sais pas pourquoi je suis ici; quand j’arrive à l’atelier, il me semble que j’entre dans une tombe  » (rapporté par Paul Jamot, dans son article  »« Manet » » – Revue de Paris, 1932). * À 11 ans il déménage avec sa famille pour Paris où il étudiera à l’École des Arts et Métiers puis a l’École des Beaux-Arts. En 1830 il entre dans l’atelier d’Antoine Gros puis de Paul Delaroche. Tout au long de sa vie il forma de futures lumières comme Édouard Manet et Pierre Puvis de Chavannes. Alors qu’un éditeur lui proposa d’écrire une autobiographie, Thomas Couture répondit par ces mots :  »La biographie est l’exaltation de la personnalité… et la personnalité est le fléau de notre époque. »

Lire la suite

Sonia Delaunay

Sonia Delaunay

Sonia Delaunay

Artiste aux multiples facettes et épouse de Robert Delaunay, Sonia Delaunay naît Sarah Ilinitchna Stern à la fin du XIXe siècle à Gradizhsk, en Ukraine, avant d’être placée très jeune à Saint-Pétersbourg, chez son oncle Henri Terk, qui l’adopte. Personnage d’influence, Henri Terk fait voyager sa fille adoptive en Europe, dont elle visite pendant sa jeunesse les principaux musées.Après ses études secondaires, Sonia s’installe à Karlsruhe, en Allemagne, où elle suit les cours de l’Académie des Beaux-Arts, puis s’installe à Paris en 1905, à l’âge de vingt ans. Son art est alors très influencé par le post-impressionnisme de vincent van goghpaul gauguin,le Douanier Rousseau et par les Fauves.

Lire la suite

Jean Cocteau et la Belle et la Bête

jean-cocteau-estimation-cote

Jean Cocteau

La Belle et la bête ressort en salles le 25 septembre (et en DVD/Blu-ray le 9 octobre), en version restaurée numérisée haute définition. Un travail qui aura duré 3 ans. L’occasion de découvrir ce chef d’oeuvre de Jean Cocteau sur un grand écran avec une image sublime. La copie, qui avait été présentée en avant-première à Cannes Classics, a été revue à partir des indications précises du cinéaste. Le scénario original, classé trésor national, est d’ailleurs exposé au musée des Lettres et manuscrits à Paris du 11 octobre 2013 au 23 février 2014. Il est accompagné du manuscrit autographe du journal de ce film et des photos prises lors du tournage. L’exposition « Jean Cocteau le magnifique-  Les miroirs d’un poète » propose également 150 manuscrits et lettres, ouvrages illustrés et éditions originales, dessins et photographies.

Lire la suite

Berthe Morisot, musée Marmottan Monet

Berthe Morisot, musée Marmottan Monet

Berthe Morisot, une fraîcheur et une naïveté d'expression

"Je citerai encore deux petites toiles que j’ai découvertes par hasard pendant mes promenades désolées dans la solitude nue du Salon. Ce sont des paysages de Mlles Morisot – deux sœurs, sans doute. Corot est leur maître, à coup sûr. Il y a, dans ces toiles, une fraîcheur et une naïveté d’impression qui m’ont un peu reposé des habiletés mesquines, si goûtées de la foule. Les artistes ont dû peindre ces études-là en toute conscience, avec un grand désir de rendre ce qu’elles voyaient. Cela a suffi pour donner à leurs œuvres un intérêt que n’offrent pas bien des grands tableaux de ma connaissance."

Lire la suite

DEMANDER UNE ESTIMATION GRATUITE

DEMANDER UNE ESTIMATION GRATUITE

Glisser-déposer les fichiers ici ou parcourir