frenes

André Devambez, l'exposition au Petit Palais

andre-devambez-lithographie

André Devambez, un artiste qui prend de la hauteur au Petit Palais à Paris

Cette exposition nommée « Vertiges de l’Imagination » est une véritable découverte d’un artiste peu connu du public.

Prenons de la hauteur et partons à la découverte de cet artiste hors du commun, au travers de cette exposition de 250 œuvres de l’artiste, déclinés sous forme de tableaux, affiches, lithographies, dessins et céramiques.

Né à Paris en 1867, André Devambez est déjà plongé dans un milieu familial artistique, puisque son père est imprimeur, graveur et éditeur, fondateur de la Maison Devambez, entreprise de gravure et d’édition.

Très vite, André Devambez décide de devenir artiste et intègre l’atelier du passage des Panoramas, dans l’entreprise du père

Puis, accepté à l’Ecole des beaux-arts de Paris, l’artiste André Devambez devient l’élève d’un des plus grands portraitistes britanniques du 19ème siècle, Benjamin Constant.

Parallèlement, il développe ses connaissances auprès de Gabriel Guay et de Jules Lefebre à l’Académie Julian.

Il reçut tous les honneurs de son vivant : prix de Rome, professeur à l’École nationale supérieure des beaux-arts, académicien, commandeur de la Légion d’honneur.

Sa peinture traduit la vie quotidienne moderne, qu’elle soit positive ou non.

André Devambez s’intéresse avant tout à son époque et devient un véritable témoin de son temps, période charnière du tournant du XIXème et du XXème siècle et de la Belle Epoque,

Observateur, mais également doté d’un humour hors pair, Devambez oscille entre des sujets graves et légers, comme en témoigne ses tableaux, ses dessins, ses portraits ou ses eaux-fortes sur le thème de la première guerre mondiale.

Son tableau le plus connu « La Charge » décrit une bataille dans la rue de nuit entre les policiers et les manifestants. 

André Devambez s’intéresse aux avancées technologiques de son époque.

En tant qu’illustrateur, il a des préférences pour les livres pour enfants. Des collaborations ont lieu aussi avec Le Figaro et Le Rire.

On peut retenir un cadrage tout à fait particulier

L’exposition se décline en 12 volets qui apporte chacun un pan de la personnalité ou une de ses périodes artistiques, et je vais vous rapporter les thématique qui m’ont le plus intéressées et qui exprime la quintessence du travail de l’artiste.

Un dénominateur commun que l’on peut retenir est un cadrage tout à fait particulier, qui fait prendre une certaine hauteur visuelle, et qui permet donc de prendre un certain recul par rapport au sujet.

Après une première partie consacrée aux débuts académiques d’André Devambez, une seconde partie est dédiée à la famille et aux distractions. Il met en scène principalement ses deux enfants et son épouse Cécile dans des décors citadins ou de villégiatures en Normandie ou en Alsace.

Un troisième pan de l’exposition est consacré à La vie parisienne dépeinte par Devambez qui reflète parfaitement la vie bouillonnante de la capitale à la Belle Époque.

On y croise des scènes de cafés, des buveurs qui refont le monde dans des compositions serrés mettant en valeur le sujet réaliste.

Un véritable témoignage de cette époque, on s’y croirait !

Un quatrième point retenu par l’exposition est consacré aux avancées technologiques de son époque.

André Devambez était passionné par ce sujet, notamment en matière de transport, et il apporte de précieux renseignements quant à l’essor des voitures, du métro, du développement des dirigeables et de la naissance de l’aéronautique.

De nombreuses œuvres sont dédiées à l’aéronautique, dans un cadrage très particulier, toujours en hauteur.

Pionnier artistique dans ce domaine de l’aéronautique, Devambez obtiendra finalement en 1934 l’agrément lui permettant de rejoindre le corps des peintres du ministère de l’Air.

Les inventions modernes l’ont toujours fasciné et ce qu’il apprécie c’est la vie qui y est mêlée : le monde se pressant dans les métros, la foule.

En 1909, André Devambez est choisi pour la réalisation de douze compositions destinées au grand salon de réception de l’ambassade de France à Vienne.  Devambez a carte blanche et laisse libre cours à son imagination débordante : les représentations sont inattendues, reflets de la vie moderne, des voitures, des kiosques de journaux, des dirigeables, bateaux,un ensemble qui constitue un des plus bel ensemble diplomatique de la France à l’Etranger.

Autre thème abordé : le monde du spectacle.

Devambez était un amateur du monde du spectacle et il croque cet univers de manière toujours aussi particulière dans un cadrage inégalable.

Si vous connaissiez André Devambez, il est certain que vous le connaissiez probablement comme illustrateur, puisqu’il travailla pour L’Illustration, Le Figaro illustré, Le Rire, Fantasio.

Son imagination débordante se couple à un humour   qui matche parfaitement à l’univers de Gulliver, qui lui permet de jouer sur les différentes échelles dans un cadrage qui restera sa marque de fabrique.

Mais Devambez en bon chroniqueur de l’époque a dépeint les joies et les malheurs de notre société.

Devambez est un témoin de son temps, croquant et rapportant comme un reporter les évènements marquant de son histoire : la première guerre mondiale, les émeutes. Le tableau « La charge » demeure l’un de ses tableaux les plus connus.

Un coup de cœur en fin d’exposition : bienvenue dans le monde des Lilliputiens.

Illustrateur et portraitiste tout au long de sa vie, sa carrière sera également marquée par l’univers des « Tout-Petits ».

Il participe à l’Exposition des Tout -Petits organisée par la galerie Georges Petit de 1917 à 1926.

Toute une série de petits tableaux sont exposés et je dois dire que j’y ai consacré un long moment. Un côté un peu voyeur : on se rapproche de plus en plus du tableau pour se plonger dans le sujet.

Les cadres ont été confectionnés par Devambez et ces petits tableaux ont connus un grand succès.

Une audace de la part du Petit Palais qui consacre une exposition à un artiste somme toute peu connu.

Mais je ne peux qu’apprécier et encourager cette démarche.

Car cet artiste est indéniablement un peintre et illustrateur de talent, couplé d’un humour détonnant.

N'hésitez pas à nous contacter pour toute estimation gratuite d'un tableau, dessin ou lithographie d'André Devambez

Retrouvez notre article sur la cote et l'estimation des  oeuvres d'André Devambez

Articles en rapport

DEMANDER UNE ESTIMATION GRATUITE

Glisser-déposer les fichiers ici ou parcourir