frenes

Le casse du siècle au musée Gardner

casse-musee-gardner-enigme

Hold-up au musée Gardner, une affaire encore irrésolue

Le 18 mars 1990, la communauté artistique a été stupéfaite lorsqu'un couple de voleurs s'est introduit dans le Isabella Stewart Gardner Museum de Boston, habillé en policiers, et a volé 13 pièces d'art inestimables.

Parmi les œuvres d'art volées figuraient cinq pièces de l'impressionniste français Edgar Degas et trois œuvres du peintre Rembrandt van Rijn, selon le musée Gardner.

Reconnu comme l'une des enquêtes les plus célèbres et les plus anciennes sur les vols d'œuvres d'art, le vol du musée Gardner est une affaire à retenir. 13 œuvres d'art dérobées au musée pour lesquelles l'affaire n'a jamais été résolue depuis.

Netflix a consacré l’un de ses volets à ce casse historique dans sa série documentaire « This is a robbery » - Pas mal mais sans plus. Je ne vous le recommande pas.

Trente ans se sont écoulés depuis ce vol estimé à l’époque à  500 millions de dollars. Le FBI et le musée lui-même offrent toujours des récompenses, actuellement estimé à 10 millions de dollars, pour toute information permettant de retrouver les treize tableaux, dont des œuvres, comme je vous le disais, de Rembrandt, Manet, Degas et Vermeer.

Comment ces mystérieux voleurs ont-ils réussi à commettre l'un des actes les plus notoires de tous les temps ?

Qui sont ces cerveaux ?

Où se trouvent aujourd'hui les œuvres d'art volées ?

"Le Concert de Vermeer" est considéré comme le tableau le plus précieux au monde, mais de nombreux tableaux de plus grande valeur ont été laissés de côté. Cela a conduit à penser que les criminels à l'origine du vol n'étaient pas des experts, mais des profanes du monde de l'art, et ont pointé du doigt l'un des syndicats du crime organisé les plus célèbres d'Amérique, La Cosa Nostra - ou, dans une terminologie plus courante, la Mafia.

Le cambriolage a eu lieu aux premières heures du matin. D'après les rapports des deux gardiens qui étaient de service ce jour-là, ils ont vu deux policiers, qui étaient en fait les criminels déguisés.

Les "policiers" ont prétendu qu'ils répondaient à un appel de détresse dans la région, et les gardiens ont donc pensé qu'il était normal qu'ils traînent autour du musée.

Les deux agents de sécurité ont alors été menottés et laissés attachés dans le sous-sol. 81 minutes plus tard, les voleurs ont réussi leur mission de voler 13 œuvres d'art.

Le FBI est intervenu immédiatement, certain que les œuvres d'art volées allaient bientôt quitter de l'État du Massachusetts, le temps était compté.

Il y avait un manque frustrant de preuves sur la scène de crime, et le FBI n'avait pas grand-chose sur quoi s'appuyer.

Les voleurs ont commis un vol "propre" et n'ont laissé derrière eux aucune trace d'ADN ou d'empreintes que la police aurait pu analyser.

L'agent de sécurité Rick Abath a été interrogé en raison de son comportement suspect le soir du vol, mais ils n'ont rien pu lui reprocher.

Pourquoi a-t-il ouvert et fermé la porte latérale du musée pendant sa patrouille ?

Était-ce un signal pour que les voleurs aient la voie libre ?

Les détecteurs de mouvement n'ont signalé aucun mouvement dans la Salle Bleue au moment du vol, où le tableau « Chez Tortoni » de Manet a bien été volé.

Un consultant en sécurité a été appelé pour analyser le matériel de détection de mouvement et a constaté que tout fonctionnait normalement.

Les experts qui ont examiné la sélection d'œuvres d'art des voleurs sont restés perplexes, car ils ont volé une combinaison d'œuvres d'art de différentes valeurs et ont négligé d'autres œuvres de grande valeur de maîtres tels que Michel-Ange et Raphaël. Les voleurs n'ont jamais traversé le troisième étage où était accroché le tableau le plus précieux, Le viol d'Europe ou le féminin bafoué (1560-1562) du Titien.

S'agissait-il d'une tactique intentionnelle ?

Le FBI s’est intéressé à un suspect possible : Whitey Bulger, à la tête du célèbre Winter Hill Gang de Boston, l'une des plus puissantes familles du crime organisé de la ville. Mais les preuves ne s’avèrenet pas assez solides. Tout était circonstanciel au mieux.

En 1994, Anne Hawley, directrice du musée Isabella Stewart Gardner, reçoit une lettre anonyme. L’auteur de la lettre affirme ne pas connaître l'identité des voleurs, mais savait les voleurs souhaitaient négocier la restitution de l'œuvre d'art volée, qui était en sécurité dans un environnement à climat contrôlé. Les conditions de la restitution étaient simples. Les voleurs voulaient une immunité totale, ainsi que 2,6 millions de dollars qui devaient être versés sur un compte offshore, la transaction ayant lieu au moment de la remise de l'œuvre. Si le musée acceptait les conditions stipulées, il devait imprimer un message codé dans le Boston Globe. La lettre semblait légitime. L'auteur avait inclus des informations que seuls les autorités et le musée connaissaient. Hawley a contacté le FBI, et le 1er mai, un message codé a été imprimé dans le Globe.

Hawley a reçu une deuxième lettre quelques jours plus tard, mais il semblait ’auteur a pris peur, et la directrice du musée n’a jamais entendu parler de l'écrivain énigmatique.

Les années passent mais le FBI est toujours dans une impasse

En 2021, l'un des derniers suspects du casse Robert Gentile dit "Bobby le cuisinier", lié à la mafia locale meurt.

Les tableaux n'ont toujours pas été retrouvés, et l'affaire est toujours ouverte. Peut-être que tout se résume à un manque de preuves concrètes. Le comportement d'Abath lors de cette nuit fatidique pourrait indiquer une implication, aussi minime soit-elle, et le gang Merlino et ses associés connus étaient tellement actifs qu'il est difficile de croire à une coïncidence. Bien qu'aucune théorie ne soit directement énoncée ici, les lecteurs sont priés de contacter le FBI s'ils disposent d'informations pertinentes pour la récupération des œuvres d'art volées.

Le délai de prescription ayant expiré en 1995, les procureurs déclarent que toute personne qui restitue volontairement les œuvres d'art volées et qui a participé au vol d'œuvres d'art de 1990 ne sera pas poursuivie

L'affaire des 13 œuvres d'art disparues continue de faire l'objet d'une enquête sensationnelle pour de nombreux théoriciens du vol d'œuvres d'art. Seul le temps nous dira où se trouvent les œuvres manquantes et qui est responsable du vol

 

 

 

 

 

.


 

 

 

 

 

 

 

 

Articles en rapport

DEMANDER UNE ESTIMATION GRATUITE

Glisser-déposer les fichiers ici ou parcourir