frenes

Léonor Fini : vers une approche surréaliste

Léonor Fini : vers une approche surréaliste

Léonor Fini : vers une approche surréaliste

 

Léonor Fini est une artiste peintre, graveuse, lithographe, écrivaine, illustratrice, et décoratrice. Elle naît à Buenos Aires en 1908. Elle passe son enfance à Trieste, en Italie. Contrairement à de nombreux artistes, elle ne poursuit pas une formation artistique traditionnelle. En effet, elle n’intègre pas d’école d’art. C’est au contraire son oncle, Ernest Braun, qui l’éduque dès son plus jeune âge dans ce domaine par ses maintes connaissances et ses nombreux ouvrages. De plus, elle s’instruit elle-même sur le sujet en lisant beaucoup de livres. En 1923, Léonor Fini commence à peindre. Elle réalise notamment des portraits d’amis de son oncle. Ensuite, le peintre Arturo Nathan lui donne des leçons de peinture. A dix-sept ans, elle déménage seule à Milan.  

En raison de son manque de formation traditionnelle artistique, il lui paraît compliqué de trouver son propre style. En 1923, Léonor Fini peint des toiles de style réaliste décalé et s’approchant du mouvement artistique du Novecento italiano. En 1925, elle découvre les peintres maniéristes italiens en assistant à une exposition collective à Milan. Lors de sa première exposition personnelle en 1929, elle présente à la Galerie Barbaroux un tableau de style classique et tonaliste. Ensuite, lorsqu’elle déménage à Paris en 1931, Filippo De Pisis l’introduit aux salons d’art parisiens, à des peintres dont le surréaliste Giorgio de Chirico, et à des écrivains dont André Breton, le principal théoricien du surréalisme. L’année suivante, elle expose Le Travesti à l’oiseau, une huile sur toile représentant son conjoint André Pieyre de Mandiargues. Cette toile témoigne de son éloignement du classicisme et du tonalisme : elle s’oriente davantage vers le surréalisme. Cette évolution est également notable dans d’autres de ses tableaux telles que l’huile sur toile Deux figures grotesques de 1932 ou encore l’huile sur papier et carton Tête de 1934. Par ailleurs, elle expérimente des dessins de style surréaliste. Léonor Fini les expose en 1934 à la galerie des Quatre chemins à Paris puis en 1936 aux New Burlington Galleries à Londres. En 1938, elle peint des toiles érotiques telles que la Femme en armure qui montrent son penchement pour le surréalisme. Elle aime faire figurer sur ses peintures des personnes, souvent des femmes et des amis, représentées les yeux fermés. Lorsqu’elle ne travaille pas, elle côtoie des artistes surréalistes tels que Max Ernest, Georges Bataille, ou Victor Brauner. Pourtant, elle refuse d’appartenir au groupe des surréalistes à cause de son manque d’intérêt pour leurs réunions et leurs manifestes, mais également en raison de son mépris envers André Breton.

 

Article rédigé par Sophie Couturier

Sources : Wikipédia - Léonor Fini - Artprice - Femmes peintres

 

Si vous souhaitez vendre une oeuvre de Léonor Fini, la première étape est l'expertise puis l'estimation et enfin la vente, qui pourra ainsi se réaliser sans aucun problème pour l'acheteur. Notre équipe d'experts se tient à votre disposition pour vous conseiller dans le cheminement de ces différentes étapes. Nous pouvons vous communiquer dans un premier temps une pré-expertise et une estimation en ligne en remplissant le formulaire ci-dessous 

Retrouvez tous nos autres articles et oeuvres de Léonor Fini aux enchères 

Article

Léonor Fini, des tableaux qui ont la cote !

Huiles sur papier

 

Tête de femme  - Colloque entre Monos et Una  - Tête de femme  -  

Deux femmes

 

Articles en rapport

By accepting you will be accessing a service provided by a third-party external to https://expertisez.com/

1000 caractères restants
Ajouter les fichiers