frenes

Louis Floutier, maison et pont, tableau

Louis Floutier, maison et pont, tableau

Louis Floutier, maison et pont, tableau, vente aux enchères mercredi 18 septembre

Louis FLOUTIER (1882-1936)

Maison et pont - Huile sur toile signée en bas à droite - 65 x 100 cm

Louis FLOUTIER (1882-1936) - House and bridge - Oil on canvas signed below right - 65 x 100 cm

Estimation : 2.500 / 3.000 €

Louis-Benjamin Floutier (1882-1936) n’est pas né en Pays basque, mais à Toulouse, en 1882. C’est là-bas, à l’École des Beaux-arts qu’il entame son instruction artistique. Lauréat de l’école, il juge cependant ne pas en savoir assez, et enchaîne avec l’École des beaux-arts de Paris, dont il sortira lauréat également. Très vite, il enchaîne les récompenses (premier logiste au Concours du Prix de Rome en 1905, deuxième prix Chevanard…) et commence à se faire un nom.

Retrouvez notre article, Louis Floutier, un amoureux du pays basque

Comment vendre un tableau de Louis Floutier ?

Si vous possédez un tableau de Louis Floutier, nos spécialistes communiquent une estimation gratuite

b2ap3_thumbnail_Louis-Floutier_20190507-134355_1.jpg

 

Louis Floutier (1882-1936) n’est pas né en Pays basque, mais à Toulouse, en 1882. C’est là-bas, à l’École des Beaux-arts qu’il entame son instruction artistique. Lauréat de l’école, il juge cependant ne pas en savoir assez, et enchaîne avec l’École des beaux-arts de Paris, dont il sortira lauréat également. Très vite, il enchaîne les récompenses (premier logiste au Concours du Prix de Rome en 1905, deuxième prix Chevanard…) et commence à se faire un nom.

La guerre viendra toutefois bousculer son parcours. Engagé volontaire, il décide de mettre son art au service du pays et rejoint le 13e Régiment d’Artillerie et le 1er Génie, comme camoufleur. En 1919, la guerre terminée, il ne retournera pas à Paris, mais s’installera à Saint-Jean-de-Luz et créera, avec Lukas et Etienne Vilotte – deux artistes qu’il a connus dans les tranchées – la poterie d’art de Ciboure. Il y travaillera deux ans, à décorer des poteries en grès et à créer un nouvel art-déco basque mêlant formes et inspirations de la Grèce Antique à un régionalisme basque moderne. La poterie poursuivra son existence jusqu’en 1995, avec un grand succès, mais les œuvres des premières années restent aujourd’hui encore les plus recherchées, notamment par des esthètes tels que Karl Lagerfeld qui y a consacré un livre en 2005.

En 1922, il s’installe seul dans un atelier de la Pergola de Saint-Jean-de-Luz et se consacre à la peinture du Pays basque, ses paysages, ses coutumes et ses habitants. A sa mort en 1936 à Saint-Jean-de-Luz, il laisse derrière lui plus d’un millier d’œuvres, aujourd’hui dispersées dans des collections privées ou publiques.

Articles en rapport

DEMANDER UNE ESTIMATION GRATUITE

Glisser-déposer les fichiers ici ou parcourir