.

Max Moreau et la Tunisie

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Imprimer

Max Moreau et La Tunisie

En 1929, le premier de ses cinq séjours en Tunisie, est un véritable « éblouissement ». Il se met très vite au travail… et sur deux fronts. D’une part, le portrait, de l’autre, la peinture sur le motif de scènes indigènes.

Max Moreau n’a que 27 ans, mais il est déjà un personnage truculent, qui lie facilement contact, et se fait rapidement une clientèle conséquente dans les milieux aisés de l’époque. En particulier, auprès des médecins, des hommes de justices et des haut fonctionnaires de Tunis. Il fréquente très vite les peintres locaux et les gens de théâtre, ce qui l’amène tout naturellement à rencontrer Alexandre Fichet. Fichet est une grande figure de la vie artistiques et politique à Tunis. Il organise le Salon Tunisien et préside l’Essor qui propose des Tribunes libres à divers orateurs et des pièces de théâtre jouées par une troupe d’amateurs reconnue. Max Moreau joue assez régulièrement dans cette troupe. En 1932, il monte même une pièce tragi-comique de sa composition, basée sur la parodie et intitulée  » Tutus « . Il y tient le premier rôle. La critique est alors dithyrambique, le public ravi.

Il écrit également quelques articles bien sentis dans lesquels il ne mâche pas ses mots. En effet, son intransigeance l’écarte des différents courants de peinture alors présents en Tunisie, aussi bien qu’en Europe. Il y évoque des références, celles qu’il gardera toute sa vie : Holbein, Van Dijck, Hals et surtout Velázquez qu’il vénère par dessus tout. Mais laissons parler le peintre :

 » Aussi, quelle jouissance pour le portraitiste émerveillé qui parcoure les dédales de la ville arabe et les quartiers de la Hara.
A chaque pas des têtes de caractère, à chaque coin de rue, des modèles sortis vivants de la bible.
La misère, la souffrance, la vieillesse, les maladies ont creusé telle face ; la jeunesse, la beauté irradie celle-ci ; telle bédouine passe comme une princesse dans des chiffons sans nom mais d’une couleur admirable ; tel rabbin grave porte sur ses traits tout le poids d’un passé formidable….
…/… Vieilles hardes, lavées, relavées cent fois, vieux chiffons, loques sordides, quel poète chantera votre beauté ? Drapés admirables dont les arabes ont le secret, burnous jetés fièrement sur l’épaule, turbans enroulés soigneusement ou à la diable, quel amoureux des lignes écrira sur vous le monument que vous méritez ?
Et ces faces creusées, tourmentées, ces yeux qui gardent la vision des déserts, ces rides qui parlent éloquemment de souffrances et de privations quel Holbein viendra glorifier votre magnificence ? « 

Tout au long de ses cinq séjours, Max Moreau a surtout vécu à Tunis, mais il a aussi visité le reste de la Tunisie et nous a laissé des oeuvres sur Nabeul, Kairouan, Sousse, Sfax, Djerba, Gabès, Kébili, les oasis du sud tunisien et bien sûr, les environs de Tunis. Il y a réalisé les portraits de centaines de personnes de toutes races, de toutes nationalités.

Entre chaque séjour, il revient à Bruxelles, où il expose une fois tous les deux ans environ ; en particulier, à la Galerie d’Art Kodak et à la Petite Galerie.

Il ne reviendra en Tunisie qu’en 1947, puis en 1948 pour deux séjours assez courts.

Max Moreau, marchand au panier, tableau

Vous possédez un tableau, un dessin, une lithographie de Max Moreau ? Nos experts et spécialistes évaluent gratuitement votre tableau et vous conseille pour toute démarche de vente. Notre cabinet d'expertise intervient également dans le cadre d'estimation pour partage, succession et assurance. 

Max Moreau - expertisez.com

 


Prochaine vente aux enchères

mercredi 18 décembre 2019 - 16 HEURES

 

CLAUDE LALANNE

 

 

Formulaire Estimation Gratuite Rapide

1000 caractères restants
Ajouter les fichiers

Expertisez Magazine

Boudin Eugène
Oeuvres vendues
Eugène Louis Boudin (1824-1898) L’arrivée des cabines sur la plage de Deauville Aquarelle Signé...