frenes

Mikhail Chemiakin, carnaval, technique mixte

Mikhail Chemiakin, technique mixte, carnaval

Mikhail Chemiakin, carnaval, technique mixte, vente aux enchères jeudi 21 avril

 

Mikhail CHEMIAKIN (1943)

Carnaval

Technique mixte signée en haut à gauche

34 x 34 cm

Mihail Chemiakin est né à Moscou en 1943, a grandi dans l'Allemagne de l'Est occupée et est rentré en Russie en 1957 où il a été admis à l'école secondaire spéciale de l'Académie des arts Repin à Leningrad. Il a été expulsé de l'école d'art pour ne pas s'être conformé aux normes du réalisme socialiste, et de 1959 à 1971, il a travaillé comme ouvrier à divers titres. Il a été soumis à un traitement obligatoire dans un établissement psychiatrique, ce qui était une façon courante de traiter les dissidents idéologiques à cette époque. Pendant cinq ans, il a travaillé dans l'équipe d'entretien du musée de l'Ermitage. En 1967, l'artiste fonde le groupe de Saint-Pétersbourg et développe la philosophie du synthétisme métaphysique, dédiée à la création d'une nouvelle forme de peinture d'icônes basée sur l'étude de l'art religieux de tous les âges et de tous les peuples. En 1971, Chemiakin est contraint de quitter l'URSS par les autorités soviétiques. Il s'installe d'abord en France, puis s'installe à New York en 1981. En 1989, le retour de l'œuvre de Chemiakin dans la Russie post-communiste a commencé avec la première exposition de ses œuvres depuis son exil. Par la suite, il a continué à y exposer ses œuvres et a installé trois monuments à Saint-Pétersbourg, à Pierre le Grand, aux victimes des répressions politiques et aux architectes et constructeurs de Saint-Pétersbourg. À Moscou, l'ensemble sculptural de quinze figures de Chemiakin, Enfants - Victimes des péchés des adultes, a été commandé par le maire de Moscou Yury Luzhkov comme cadeau à la ville et inauguré en 2001. À Londres, la sculpture de Chemiakin, qui commémore l'ambassade de Pierre le Grand en Angleterre en 1698, se dresse sur les rives de la Tamise. À New York, la Cybèle de Chemiakin, déesse de la fertilité, se trouve sur Prince Street à SoHo. Une sculpture de la série Carnaval à Saint-Pétersbourg est exposée en permanence à Paris, et une version de Pierre le Grand fait partie de la collection du Château de Vascoueil - Muse Michelet en Normandie, France. Les recherches entamées dans les années 1960 sur l'art de tous les âges et de tous les peuples ont donné lieu à une collection de millions d'images classées par catégories techniques, historiques et philosophiques, qui a valu à l'artiste cinq doctorats honorifiques et constitue la base de son Institut de philosophie et de psychologie de l'art. L'amour de toujours de Mihail Chemiakin pour le théâtre s'est traduit par une nouvelle mise en scène du ballet de Tchaïkovski, Casse-Noisette, dont la première a eu lieu au théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg le 12 février 2001, avec des critiques enthousiastes du public et de la critique. Mihail Chemiakin travaille dans un large éventail de médias et sur des thèmes allant du théâtre à la philosophie, créant des séries telles que Carnaval à Saint-Pétersbourg, Nature morte, Têtes métaphysiques, Anges de la mort, et plus récemment, Biosphères et une composition sculpturale de 50 figures, La mort des rois. Les œuvres de Chemiakins font partie des collections permanentes de nombreux musées, dont le Metropolitan Museum (New York), la Galerie d'État Tretyakov (Moscou), le Musée d'État russe (Saint-Pétersbourg), le Musée d'art de Sao Paolo (Brésil), le Musée d'art moderne de la Ville de Paris, Yad Vashem et le Musée d'art moderne de Tel Aviv, ainsi que de plus petits musées en Russie et aux États-Unis. 

 

Vous possédez une œuvre de Chemiakin, lithographie, tableau, oeuvre sur papier ?  Nous vous communiquons gratuitement une estimation.

Retrouvez tous nos résultats en ventes aux enchères sur notre site encherissez.com

 

 

Articles en rapport

DEMANDER UNE ESTIMATION GRATUITE

Glisser-déposer les fichiers ici ou parcourir