.

Nicolas Millioti, un peintre russe symboliste

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Imprimer

Nicolas Millioti, un peintre russe symboliste

            Nicolas Millioti est un peintre russe né à Moscou en 1874 et décédé à Paris en 1962.

            Entre 1894 et 1900, Nicolas Millioti étudie à l’Ecole de peinture, de sculpture et d’architecture de Moscou. Durant sa formation, il fréquente l’atelier du célèbre peintre Constantin Korovine. En 1898, il intègre la faculté de philologie et d’histoire de l’Université d’Etat de Moscou. Ensuite, il déménage à Paris pour terminer ses études à la Sorbonne. En même temps, il intègre l’Académie Julian, une école privée de peinture et de sculpture, dans laquelle il fait la connaissance d’artistes tels que Jean-Paul Laurens. Au début des années 1900, il réalise des peintures symbolistes. Il représente le plus souvent des scènes galantes, comme l’huile sur toile Fête Galante de 1905. Il conçoit également des peintures oniriques, ce qui donne un aspect abstrait à ses œuvres comme l’huile sur toile Venus avec des Dauphins de 1921.  A partir de 1900, deux écoles se distinguent en Russie : l’école de Moscou prêtant plus d’importance à la couleur, et l’école pétersbourgeoise prêtant plus attention à la forme. Bien que Nicolas Millioti appartienne à la dernière, ses œuvres combinent peu à peu les exigences des deux. Ainsi, ses toiles se distinguent de toutes les autres. De fait, il est acclamé dans les diverses expositions auxquelles il participe. En 1907, il organise avec son frère et peintre Vassili Millioti l’exposition la Rose Bleue à Moscou. Trois ans plus tard, il quitte l’Union des peintres russes afin de fonder le Monde de l’art, un groupement artistique qu’il siègera de 1912 à 1916.

            Au début de la Première Guerre mondiale, il est rapidement appelé au front. Il subit de nombreuses batailles, dans lesquelles il se blesse. En juin 1917, il est démobilisé. Depuis la fin du conflit, il ne retourne plus vivre en Russie. En effet, il déménage en 1918 à Yalta afin d’être le président de la Commission de protection des richesses artistiques de la Crimée, dans laquelle il fait la connaissance d’artistes comme Ivan Bilibine. Deux ans plus tard, il installe son atelier à Sofia, en Bulgarie. Au début des années 1920, il commence à peindre des portraits comme le Portrait de femme de 1924. Entre 1921 et 1922, il travaille à Berlin. L’année suivante, il retourne à Paris. Il continue à peindre et développe un attrait pour le théâtre. Il met en scène avec Nathalie Gontcharoff le Théâtre des comédiens de bois, un spectacle de marionnettes. En 1925, il réalise les décors et les costumes de la pièce Princesse Carême. Il voyage ensuite en Amérique et en Europe, où il continue à peindre. Il conçoit par exemple en 1927 l’huile sur carton Femme au bouquet. A la fin de la décennie, il peint de nombreuses natures mortes de fleurs, telles que l’huile sur carton Fleurs de 1926. Toutefois, il continue à peindre des portraits comme le Portrait de femme de 1929. Néanmoins, ils se font moins nombreux. En outre, il réalise quelques dessins comme le Portrait de jeune femme au chapeau de 1928. Entre 1929 et 1930, il devient professeur à Paris.

Dans les années 1930, ses peintures sont majoritairement des portraits, tels que le Portrait d’André Maurois de 1930 ou le Portrait de Jacques, le fils d’Emile Marcovith de 1939. Ses œuvres sont aussi riches en autoportraits. Un des plus célèbres de la décennie est son Autoportrait à Tolède, réalisé en 1930. Ses conceptions de peintures de fleurs deviennent alors minoritaires. En 1931, il intègre le conseil d’administration de l’Union des artistes russes en France.

            En 1940, il déménage à Biarritz. Marqué par les horreurs du premier conflit mondial, il réalise une série de dessins Misères et désastres de la guerre. De plus, il continue à peindre des scènes galantes, des toiles oniriques, et des portraits. Deux ans plus tard, il s’installe définitivement à Paris. Vieillissant, il préfère alors peindre majoritairement des autoportraits, bien qu’il persiste à réaliser d’autres types d’œuvres.

            Aujourd’hui, ses œuvres sont encore exposées en Russie et à l’international.

b2ap3_thumbnail_1399370734591368.png

Portrait de femme (1929), huile sur carton

Sources

Si vous possédez une oeuvre par Nicolas Millioti , nos experts sont à votre disposition pour vous communiquer gratuitement une estimation sans aucun engagement de votre part.

 Article rédigé par Sophie C.

Demander une estimation gratuite
1000 caractères restants
Ajouter les fichiers

 Vente aux enchères Live

Mercredi 22 avril 16h 

Maintenue

Catalogue en ligne 8 jours avant la vente

 

 

 

 

Robert Combas
Blog
Robert Combas Robert Combas est un plasticien et peintre français contempo...