frenes

Christine Boumeester, dégradés délicats et noirs profonds

Christine Boumeester, dégradés délicats et  noirs profonds

Annie Christine Boumeester, qui signera souvent ses oeuvres par le seul prénom de Christine, est née à Batavia (aujourd'hui Djakarta) en Indonésie en 1904. Sa famille d'origine hollandaise vit aux colonies depuis cinq générations. Celle-ci, après s'être établie pour quelques années à Sumatra, retourne définitivement en Hollande en 1921 (La Haye). Dés son plus jeune âge, l'enfant a la passion du dessin. De 1922 à 1924, elle suit des cours de l'Ecole des beaux-arts de La Haye ; elle y apprend notamment à graver. Elle passe un diplôme de professeur de dessin qu'elle réussit, mais l'enseignement ne la tente pas. Elle passe quelques mois dans le sud de la France (Nice, 1925), puis prend un atelier à Amsterdam où elle travaille sous la direction du peintre Reuter. Après plusieurs voyages, après s'être installée seule sur l'île de Texel, séjourné en Allemagne, sa première exposition personnelle est organisée en 1935 à Amsterdam (Galerie Santee Landweer). Cette même année, Christine Boumeester s'installe à Paris où elle rencontre et épouse Henri Goetz avec lequel désormais elle partagera toute sa vie. Elle expose dans plusieurs galeries parisiennes et sa première exposition personnelle est organisée, à Paris, en 1937. Après une courte période d'art fantastique, elle commence des compositions abstraites, sans doute influencée par Hans Hartung. Personnage discret et attirant, elle va susciter de nombreuses amitiés artistiques et littéraires : Hartung, Kandinsky, Schneider, Gonzalez, Vieira da Silva et Szenès, Breton, Eluard, Ubac, De Staël, Picabia, Picasso, Lam ou Arp seront de ses amis.

Lire la suite
Mots-clés :
1000 caractères restants
Ajouter les fichiers