frenes

Hassan El Glaoui, cavaliers, tableau

Hassan El Glaoui, cavaliers, tableau

Hassan el Glaoui, huile 

Hassan el Glaoui (né en 1924)

Lire la suite

Louis Ernest Barrias, jeune femme de Bou Saada

Louis Ernest Barrias, jeune femme de Bou Saada

Louis Ernest BARRIAS, sculpture en bronze

Louis Ernest BARRIAS (1841-1905)

Lire la suite

Anglada Pinto Luis

Anglada Pinto Luis

Luis ANGLADA PINTO (1873-1946)

Femme orientale

Lire la suite

Antoine Gadan, troupeau en Algérie, tableau

Antoine Gadan, troupeau en Algérie, tableau

Antoine Gadan, tableau

Antoine Gadan (1854 - 1934)

Lire la suite

Mouton Georges

Mouton Georges

Georges MOUTON

El Kantara

Lire la suite

Albert Dubucand

Albert Dubucand

Alfred DUBUCAND (1828-1984)

Lire la suite

José Cruz Herrera, le baiser, tableau

José Cruz Herrera, le baiser, tableau

José Cruz Herrera, tableau

José Cruz Herrera (1890 – 1972)

Lire la suite

Henri Pontoy, mère et enfant, tableau

Henri Pontoy, mère et enfant, tableau

Henri Pontoy, tableau

Henri Pontoy (1888-1968)

Lire la suite

Max Moreau

Max Moreau

Max MOREAU, tableau

Max MOREAU (1902-1992)

Lire la suite

René Pinatel

René Pinatel

René PINATEL (XIXème / XXème siècle)

Casbah de l’Atlas

Lire la suite

Adolphe Cossard

Adolphe Cossard

Adolphe COSSARD (1880-1952)

Paysage orientaliste

Lire la suite

Hassan el Glaoui, chevaux, tableau

Hassan el Glaoui, chevaux, tableau

Hassan el Glaoui, huile sur toile

Hassan el Glaoui (né en 1924)

Lire la suite

La peinture orientaliste et ses caractéristiques

La peinture orientaliste et ses caractéristiques

La peinture orientaliste et ses caractéristiques - Ni une école, ni un style

La peinture orientaliste n’est pas une école, ni un style. Le lien entre les œuvres dites orientalistes se trouve uniquement dans le thème abordé. Ainsi les odalisques d’Ingres, de Delacroix ou de Renoir sont des tableaux orientalistes mais leur style est fondamentalement différent et ils n’appartiennent pas à la même école.

Lire la suite
Mots-clés :

Frederick Arthur Bridgman

Frederick Arthur Bridgman

Frederick Arthur Bridgman

Peintre emblématique de l’Ecole orientaliste Américaine, Frederick Arthur Bridgman est né en 1847 à Tuskegee en Alabama. À trois ans, il perd son père, un médecin itinérant du Massachussetts, et sa mère s’installe à Boston avec ses deux fils puis à New York, où, faisant déjà preuve d’un talent artistique certain, Bridgman devient graveur à la American Banknote Company en 1864. Mais très vite il préfère se consacrer à la peinture et s’inscrit aux cours du soir à la Brooklyn Art Association puis à la National Academy of Design.

Lire la suite
Mots-clés :

Paul Cirou

Paul Cirou

Paul Cirou

Elève de l’Ecole des Beaux-Arts de Dijon puis de l’académie Julian à Paris, Paul Cirou débute au Salon de la Société des Artistes Français en 1898. Il expose régulièrement des paysages ainsi que les meubles de sa création, en particulier au Salon des Indépendants. Il découvre l’Algérie en 1907, où il se rend pour des raisons de santé, puis s’y installe vers 1912. A partir de 1920 et jusqu’en 1932, il vit à Tlemcen, puis, de 1933 à 1935, à Mascara, avant de revenir en France. L’Etat lui achète des œuvres, dont une toile 200 x100cm,Porteuses d’eau Kabyles, conservée au Musée des Années 30 à Boulogne-Billancourt.

Lire la suite

Le sujet de la Cueillette des roses par Rudolf Ernst

Le sujet de la Cueillette des roses par Rudolf Ernst

Rudolf Ernst

Le sujet de la Cueillette des roses a été traité à de nombreuses reprises par le peintre Rudolf Ernst, offrant des variantes dans les jeux de regards, la position des femmes ou la poterie contenant les roses. Ses compositions sont agencées de telle sorte que les éléments de décoration les plus disparates produisent ensemble un fort effet d’authenticité. Par la subtile retranscription de la distribution traditionnelle de la lumière, et la diversité des matériaux décrits, Rudolf Ersnt apparaît comme un exemple significatif de ce courant de la peinture orientaliste, qui s’attachait surtout à retranscrire l’ambiance exotique par l’abondance des objets artisanaux.

Lire la suite

Victor Huguet

Victor Huguet

Victor HUGUET (1835-1902)

 Il fut élève d’Emile Loubon aux Beaux-Arts de Marseille puis d’Eugène Fromentin à Paris. A 17 ans, en 1852 il voyage en Egypte puis en 1853 en Crimée en compagnie du peintre de marine Durand Brager. Sous l’influence de ce dernier il s’oriente vers la peinture orientaliste et visite l’Algérie, la Libye, l’Egypte et l’Empire Ottoman. Il expose aux Salons de Marseille et de Paris dès 1859 puis à la Société des Peintres Orientalistes Français. Il excelle aussi dans la peinture de chevaux. A mesure que les années passent sa technique devient de plus en plus impressionniste. Ses œuvres, d’excellente facture, ne sont en général pas datées.

Lire la suite

Anton Melbye, peintre danois

Anton Melbye, peintre danois

Anton MELBYE (1818-1865)

Danois. Le métier de son père, employé des douanes royales danoises, lui permet de côtoyer les bateaux et les ports au cours de son enfance. Mais une grave myopie l’empêche de devenir marin. Il sera peintre de marine. Il étudie auprès de Eckersberg, peintre de marine danois. Remarqué par le roi Christian VIII il effectue plusieurs voyages d’études sur les vaisseaux de la marine d’état. Il effectuera un voyage vers le Maroc en 1844. Il expose au Salon de Paris en 1848 puis s’installe en France. Il fait un nouveau voyage en 1853 pour Constantinople comme attaché d’ambassade et peintre auprès du Sultan. Il se lie avec Camille Pissaro qui devient son protégé. Ce dernier l’assiste parfois dans la réalisation de certaines de ses toiles pour les ciels en particulier.

Lire la suite

José Cruz-Herrera

José Cruz-Herrera

José Cruz Herrera

Peintre espagnol, José Cruz-Herrera est le descendant du peintre andalou du XVIIème siècle Francisco Herrera le Vieux. Il suit un enseignement artistique à Séville et à Madrid, puis visite Paris et la Belgique. Après sa première exposition à Madrid en 1915, il part pour l’Amérique du Sud. Il séjourne à Monte-Video, Buenos Aires où il est très apprécié pour ses portraits. De retour en Europe, il expose à Venise, Londres, Paris ainsi qu’en Espagne et reçoit plusieurs médailles. Il découvre le Maroc au cours d’un bref séjour puis, fasciné par ce pays, décide de s’y installer définitivement en 1923, à Casablanca. La ville connaît alors un rapide essor et les collectionneurs sont avides d’acheter des peintures pour agrémenter leurs nouvelles demeures. Jules-Henri Derche, créateur de meubles et décorateur, est l’un des principaux artisans de la vague de prospérité artistique. Il expose les œuvres de Cruz-Herrera dans sa galerie et ce dernier s’y façonne une réputation durable. Il sera ainsi exposé, pendant plus de trente ans, dans plusieurs galeries de Casablanca ainsi qu’au Salon Artistique de l’Afrique Française.
Fasciné par la beauté des femmes marocaines, Cruz Herrera réalise ici l’un de ses plus grands chefs d’œuvre. Grâce à une description authentique des visages, il nous plonge dans son intimité et son amour pour son modèle fétiche (qu’il peignit jusqu’à sa mort) grâce à un subtil jeu de regard.

Lire la suite

Etienne Dinet

Etienne Dinet

Etienne Dinet

Au-delà de la femme éphémère des Oulad Naïl, c’est le mythe de « Khadra »où la condition imposée à certaines femmes qu’il représente dans leur plasticité simple et crue. Mais la volupté émanant de ces teintes lumineuses et des couleurs chatoyantes exprime la beauté sans jamais sombrer dans la vulgarité.

Lire la suite
1000 caractères restants
Ajouter les fichiers