.

Nous contacter  | Expertisez Mag & Blog | Faqs | English 

 

Tsugouharu Foujita, la rigueur du trait

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Imprimer

Tsugouharu Foujita, "la rigueur du trait japonais à la liberté de Matisse"

Tsugouharu Foujita, connu aussi sous le nom de Léonard Foujita, est né à Tokyo en 1886. Il commence très tôt les cours de français puis étudie aux Beaux-Arts de Tokyo la peinture de style occidental. En 1910, après avoir obtenu son diplôme, il ne pense qu’à venir à Paris. C’est trois ans plus tard qu’il arrive enfin à Montparnasse.

Sa première grande rencontre artistique, Picasso, va le faire oublier tout ce qu’il a déjà appris. Il va s’intéresser aux avant-gardes de l’Art Moderne et suivre les autres artistes autour de lui, décidé à imposer une vision nouvelle. Foujita devient un artiste coté grâce à l’Ecole de Paris, et il y sera entouré de ses amis artistes Modigliani, Léger, Gris, Matisse

Sa première exposition solo chez Chéron en 1917 est un succès incroyable : 110 aquarelles que même Picasso admire. Au fur et à mesure des années, Foujita connaît la gloire internationale : Etats-Unis, Japon, Allemagne…

Son succès est propre à son style qui se trouve dans un mélange de l’Orient et l’Occident. En revanche, ses sujets sont le plus souvent Occidentaux. Il remet donc en vigueur un second Japonisme que les parisiens ne connaissaient pas encore.

Victime de son succès, Foujita subit un lourd redressement fiscal. L’artiste décide de quitter Paris en 1931 pour un voyage en Amérique Latine avec l’une de ses modèles, pour revenir deux ans plus tard au Japon. Il organise quelques expositions à la Galerie Nichido et c’est un succès, comme s’il n’était jamais parti.

Il revient à Paris en 1939 et pendant la guerre, joue un rôle important dans le monde de l’art avec des peintures de guerre.

Après un voyage d’un an à New-York, il repart à zéro à Paris avec ses anciens marchands, de nouvelles expositions au Maghreb, une nationalité française obtenue en 1955 et une conversion au catholicisme quatre ans après. Il décore la chapelle Notre-Dame-de-la-Paix nommée maintenant la chapelle Foujita, et meurt en 1968.

Surnommé le « Lewis Caroll de la peinture » par Jean Cocteau, il a marqué les Années Folles tout comme il continue de faire parler de lui au 21ème siècle. Peintre, graveur, dessinateur, illustrateur, sculpteur, céramiste, photographe, cinéaste, créateur de mode, designer, il le disait lui-même : il allie « la rigueur du trait japonais à la liberté de Matisse ». Mathilde - Expertisez.com

Foujita, quelle cote sur le marché de l'art ?

Foujita a été très productif. De nombreux dessins, adjugés entre 2.000€ et 38.000 €  sur une centaine d 'oeuvres sur papier présentées en vente aux enchères en 2014. Les tableaux connaissent également des disparités de prix. Les sujets les plus recherchés sont vendus à des prix aboutis, comme cette Petite fille au chat, huile sur toile vendue quasiment 100.000 euros, ou encore ce Chat Roux assis, 34,20 cm, adjugé 56.000 euros. Un très beau résultat à noter pour cette année 2014, "l'Ecole maternelle", sujet atypique annoncé à une estimation conservatrice et adjugée 93.000 euros

Si vous possédez un tableau, un dessin ou une estampe de Foujita, il est nécessaire dans un premier temps de s'inquiéter de son origine et donc de son authenticité. Nos experts et spécialistes se tiennent à votre disposition pour vous proposer gratuitement une pré-expertise et vous communiquer une valeur de votre tableau. Notre cabinet d'expertise s'occupe également de toute démarche d'expertise, en vue de vente, succession, partage, ou assurance.

 

 

 


Vente aux enchères

Mercredi 13 février à 15 heures 

Tableaux, sculptures, bijoux, montres, vins  

 

Formulaire Estimation Gratuite Rapide

1000 caractères restants
Ajouter les fichiers

Expertisez Magazine

Charles Wilda, au bord de l'Oued
Oeuvres vendues
Charles Wilda (1854-1907) Au bord de l'Oued Aquarelle signée en bas à gauche Charles Wilda était ...