frenes

Yayoi Kusama, l'éternelle princesse aux petits pois

yayoi-kusama

Vous n’avez pas pu manquer à Paris , ces temps-ci,  Yayoi Kusama à la suite de sa collaboration avec Louis Vuitton .

Alors qui est cette artiste ?

Avant de vous parler de l’artiste et de sa cote en vente aux enchères, revenons quelques instant sur les différentes installations visibles à Paris, véritable "happening artistique".

Sur les Champs-Elysées,  vous découvrirez l’artiste en format géant, décorant l’immeuble Louis Vuitton, tandis que place Vendôme sa version robot dessine des petits pois qui constitue sa signature en continu sur la vitrine.

Il s’agit de la seconde collaboration de l’artiste avec la marque : la première remonte à 2012, suite à une idée de Marc Jacobs, alors directeur artistique de Louis Vuitton, qui avait visité l'atelier de Kusama à Tokyo et observé qu'elle avait peint des pois sur l'un de ses sacs Louis Vuitton.

Une collection est née pour les amateurs de la mode .

Kusama avait déjà envahit la scène de Paris en  2019 où elle avait créé la surprise avec sa citrouille géante, trônant fièrement Place Vendôme, à l’occasion de la Fiac.

Mais revenons à Yayoi Kusama,  qui est -elle ?

Yayoi Kusama est une artiste japonaise que l'on appelle parfois "la princesse des pois". Bien qu'elle réalise de nombreux types d'art différents - peintures, sculptures, performances et installations - ils ont tous un point commun : les POINTS !

Qu'est-ce que c'est que tous ces points ?

Yayoi Kusama raconte que, lorsqu'elle était petite, elle a eu une hallucination qui l'a faite paniquer. Elle se trouvait dans un champ de fleurs lorsqu'elles se sont toutes mises à lui parler ! Les têtes de fleurs étaient comme des points qui s'étendaient à perte de vue, et elle avait l'impression de disparaître - ou, comme elle l'appelle, de s'effacer - dans ce champ de points, sans fin. Cette expérience étrange a influencé la plupart de ses travaux ultérieurs.

En ajoutant des marques et des points à ses peintures, dessins, objets et vêtements, elle a l'impression qu'ils se fondent (et qu'elle se fond elle-même) dans le grand univers et en font partie. Je la cite :

Notre terre n'est qu'un point parmi un million d'étoiles dans le cosmos. Les points de polka sont une voie vers l'infini. Lorsque nous effaçons la nature et nos corps avec des points de polka, nous faisons partie de l'unité de notre environnement".

Elle crée également des environnements de points pour que nous puissions également éprouver ce sentiment d'oblitération de soi. Elle appelle ces pièces ses "Infinity Rooms", qu'elle crée en installant des centaines de diodes électroluminescentes de couleur clignotantes dans des pièces munies de miroirs. Les pointes de lumière dans la pièce sombre se reflètent à l'infini dans les miroirs, vous donnant l'impression d'être dans un espace apparemment sans fin. Les points vous entourent et vous engloutissent... Il est très difficile de dire où vous vous arrêtez, et où le reste de la pièce commence !

Comment a-t-elle commencé ?

Yayoi Kusama est née au Japon en 1929. Elle aimait dessiner et peindre et, bien que ses parents ne voulaient pas qu'elle devienne une artiste, elle y était déterminée. Lorsque sa mère déchira ses dessins, elle en fit d'autres. Lorsqu'elle n'avait pas les moyens d'acheter du matériel, elle utilisait de la boue et de vieux sacs pour réaliser ses œuvres.

Yayoi Kusama finit par persuader ses parents de la laisser aller dans une école d'art pour étudier la peinture.

À la fin des années 1950, elle s'installe à New York, car c'est là que l'art semblait le plus passionnant. Son arrivée dans une grande ville à la culture si différente de celle qu'elle connaissait a dû lui faire un peu peur. Mais elle est déterminée à conquérir New York. Elle a écrit plus tard, à propos de son attitude fougueuse : "Je leur tiendrais tête à tous avec un seul point de polka".

Il a organisé à New-York  la première de ses nombreuses expositions en 1959. Elle a rencontré et inspiré des artistes importants tels que Donald Judd, Andy Warhol et Joseph Cornell, et son art a fait partie de développements artistiques passionnants tels que le pop art et le minimalisme. Elle a également été l'une des premières artistes à expérimenter l'art de la performance et de l'action.

En plus d'être une pionnière de l'art, Yayoi Kusama a mis sa créativité au service d'autres activités, notamment la musique, le design, l'écriture et la mode.

Quelle est la cote de Kusama en vente aux enchères ?

Les tableaux dépassent en général un million d’euros jusqu’à même 5 millions. Les dessins s’adjugent aux enchères entre 40.000 et 70.000 euros.

Les estampes ne sont pas en reste, puisque  le curseur se situe entre quelques milliers d’euros jusqu’à 80.000 euros pour certaines.

Heureusement les éditions sont là pour rapporter un morceau de l’univers de l’artiste, avec la série des Pumpkin,  dérivées en plusieurs couleurs,  que vous pouvez acquérir pour quelques centaines d’euros.

Si vous possédez une œuvre de Yayoi Kusama, nos experts sont à votre disposition pour vous communiquer une estimation gratuite en vue de vente aux enchères.

N'hésitez pas à nous contacter !

Elodie Couturier

Articles en rapport

DEMANDER UNE ESTIMATION GRATUITE

Glisser-déposer les fichiers ici ou parcourir