frenes

Pierre Brette, un témoignage normand

Pierre Brette, un témoignage normand

Pierre Brette, peintre officiel de la Marine

Peintre officiel de la Marine, est né à Brest en 1905 et mort à Granville en 1961.

Lire la suite
Mots-clés :

Concarneau et ses peintres

Concarneau et ses peintres

Concarneau et ses peintres

Estimation et vente de peintures Concarneau Expertisez.com

De 1870 à 1950, deux générations d’artistes, venus des quatre coins du monde, sont tombées sous le charme de la conque de Cornouaille. Autour de la cité moyenâgeuse, ville close protégée sur son îlot, étaient rassemblés tous les motifs pour plaire aux artistes amateurs de pittoresque : un superbe patrimoine architectural, une population active de marins, d’ouvrières et de paysans en costumes traditionnels et une importante flottille. Inimaginable aujourd’hui, au début du 20ème siècle, le port a abrité parfois plus de 2000 navires en saison de pêche de juin à octobre et jusqu’à 650 thoniers. Ce spectacle haut en couleur, sons et lumières, émerveille peintres et photographes bien accueillis par la population locale. Naturalistes, réalistes, néo et post-impressionnistes s’y sont côtoyés ou succédés par dizaines. Petits-maîtres sensibles à la vie quotidienne comme Henri Barnoin, à la beauté du port et aux coutumes locales, ils nous ont légué des témoignages des grandes heures de la vie concarnoise au pied des fortifications d’une ville close, quatrième place forte de Bretagne. Ce ne fut certes pas la révolution picturale comme à Pont-Aven, la cité voisine, mais, durant quasiment un siècle, un moment d’état de grâce pour Concarneau. 

Lire la suite
Mots-clés :

Antoine-Louis Barye

Antoine Louis Barye, un sculpteur incontournable

Antoine Louis Barye, sculpteur

À l’âge de quinze ans, Barye commença son apprentissage chez un graveur sur métaux. Ainsi s’éveilla la vocation de sculpteur, qu’il confirma en devenant en 1816 l’élève de Bosio. Désirant apprendre le dessin, il entra l’année suivante dans l’atelier de Gros. Si Barye fut, sans conteste, un des plus grands parmi les sculpteurs du XIXe s., son activité de peintre, et plus précisément d’aquarelliste, ne doit pas être négligée. Ses aquarelles représentant des animaux (Louvre) connurent, plus tôt que ses ouvrages de sculpture, la faveur du public. Barye copiait les maîtres au Louvre (Rubens), mais préférait le «  modèle vivant  ». Il dessinait les animaux au Jardin des Plantes ou dans les ménageries de foire, souvent accompagné de Delacroix, qui l’admirait. Il apportait dans ses recherches un soin de dissecteur, s’appliquant à analyser l’animal jusque dans la structure de ses muscles et de son squelette. Ensuite, il relevait ses croquis à l’aide de calques pour exécuter une œuvre aboutie, retouchée à bien des reprises, surchargeant ses aquarelles d’encre de Chine, de gouache, voire de peinture à l’huile. Par ce procédé et par l’esprit qui le suscitait, Barye s’apparente étroitement aux peintres de Barbizon, avec qui il s’associa à partir de 1841. Dans la forêt de Fontainebleau, il peignit les sites, dans lesquels il libéra les bêtes sauvages étudiées en captivité : paysages d’une pâte un peu lourde et opaque quand ils sont peints à l’huile, au contraire lumineux et chatoyants s’ils sont traités à l’aquarelle, et qu’un sentiment romantique dotait parfois d’un aspect tragique amplifié par une facture tourmentée (les Gorges d’Apremont, le Jean de Paris, Orsay). Barye a laissé en outre quelques rares portraits de ses proches : la Fille de l’artiste (Louvre).

Lire la suite
Mots-clés :

Suzanne Valadon

Suzanne Valadon

Suzanne Valadon

Suzanne Valadon rencontre Puvis de Chavannes, peintre officiel, depuis longtemps établi et couvert de commandes monumentales. Elle pose ainsi pour la préparation du Bois sacré, cher aux Arts et aux Muses, grande décoration que celui-ci réalisa entre 1884 et 1891 dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne. Elle racontera par la suite au critique d’art Adolphe Tabarant : « la journée terminée, souvent nous rentrions à pied de Neuilly jusqu’à la Place Pigalle. Une course ! Alors tout au long du chemin, il ne cessait de parler… Il parlait, parlait doucement, lentement sans s’arrêter, bavardant de choses et d’autres. Il était curieux comme une femme. Je l’écoutais marchant auprès de lui sans placer un mot. » Modèle attentif, respectueux du maître, elle devient sa maîtresse. Aussi confie-t-elle son fils aux bons soins de la grand-mère. De santé fragile, le petit Maurice est pris de convulsions, se montre irritable, mais souffre avant tout de l’absence de sa mère.

Lire la suite

César

César

César, sculpture vendue

César (1921-1998)

Lire la suite
Mots-clés :

DEMANDER UNE ESTIMATION GRATUITE

Glisser-déposer les fichiers ici ou parcourir